accueil | la revue | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales

Office et culture - stratégies et environnements tertiaires



LA boutique

Découvrez le dernier numéro d’Office et Culture, toute la collection et les articles. Souscrivez un abonnement en ligne, achetez un numéro ou un article de la seule revue, consacrée à l'aménagement des espaces de travail tertiaire.

architecture

aménagement

produits

évènements

la revue

archives

publication

Office et Culture # 37

24 octobre 2015 Retour sur le dernier numéro d'Office et Culture. A la une deux sujets immobiliers d'importance, la rénovation de l'Arche de la Défense et un décryptage de la série noire de Cœur défense; Les émotions au bureau, sont elles amies ou ennemies? Ou encore un passionnant article de Thierry Pillon sur la mécanisation. Retour sur un ouvrage de l'historien de l'architecure,,Siegfried Giedion,"La mécanisation au pouvoir."

Office et Culture # 37


Editorial d' Alain Boisson, directeur de la publication.

Ambiversion 

Depuis Carl Jung et les années 1920, on savait que tout groupe humain
est composé, en parts à peu près égales, d’introvertis et d’extravertis.
D’où la nécessité, dans l’aménagement des lieux de travail, de penser des espaces différents pour les représentants de chacune des deux catégories. Mais cette distribution duale était trop simple. Des Amériques, nous arrive la théorie qu’il existerait une troisième catégorie d’individus, les ambivertis. Ceux-ci ont à la fois les traits de caractère des introvertis et des extravertis, sans qu’aucune de ces deux tendances ne prenne le dessus. D’où une personnalité plus équilibrée et nuancée. L’ambiverti peut être taiseux et rechercher le calme et, l’instant d’après, faire montre d’une extrême sociabilité. 

Il a donc une meilleure aptitude au contact humain, à l’image d’un individu bilingue. Comme Jung avait laissé entendre qu’il existait un troisième groupe qu’il n’avait ni nommé, ni défini, l’apparition des ambivertis ne m’a pas autrement étonné. En revanche, plus confondant est le fait que les deux tiers d’entre nous appartiennent à cette catégorie, du moins si l’on croit le résultat des recherches du docteur Grant qui enseigne la psychologie à la Wharton School de l’université de Pennsylvanie. Les deux groupes autrefois dominants ne représenteraient plus qu’un petit tiers des travailleurs, face aux hégémoniques ambivertis. Alors que nous avions, non sans mal, pris en compte les générations multiples et les nouveaux modes de travail, intégré les contraintes du développement durable et des économies d’énergie et injecté biodiversité et biophilie, va-t-il falloir remettre à nouveau à plat la conception des espaces de travail tertiaires pour y donner leur juste place aux ambivertis.

 

Voir le sommaire

Commander le numéro 37


+ produits - évènements - publication


accueil | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales