accueil | la revue | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales

Office et culture - stratégies et environnements tertiaires



LA boutique

Découvrez le dernier numéro d’Office et Culture, toute la collection et les articles. Souscrivez un abonnement en ligne, achetez un numéro ou un article de la seule revue, consacrée à l'aménagement des espaces de travail tertiaire.

France

Exposition "La Maison Magique"

25 juin 2016 La Maison Magique conçue pour la Maison de la culture du Japon à Paris par l’Atelier Bow-Wow (Yoshiharu Tsukamoto, Momoyo Kaijima et Yoichi Tamai, Tokyo) et Didier Fiuza Faustino (Bureau des Mésarchitectures, Paris). Ces architectes explorent depuis longtemps la question de l’habitat en inventant des « machines /habitats » innovantes et souvent provocantes. Pour le 2e volet du cycle d’expositions Transphère, ils collaborent à la création d’un « environnement magique ». L'exposition est ouverte jusqu'au 30 juillet 2016

La maison magique


L’Atelier Bow-Wow et Didier Fiuza Faustino figurent parmi les représentants les plus remarquables de cette génération d’architectes, apparue durant la dernière décennie, qui porte un regard neuf sur les définitions de l’architecture jusqu’ici établies. Leurs recherches sur les conditions de vie dans les villes contemporaines sont artistiquement subversives et socialement engagées.

À l’occasion de l’exposition La Maison Magique, les architectes ont choisi de travailler un matériau commun dans une logique de production cyclique. Ce matériau, le bois, utilisé dans la construction des deux architectures, est prélevé au Portugal, pays dont est originaire Didier Fiuza Faustino, et y sera ré- expédié dès la fin de l’exposition pour une deuxième vie : les deux maisons, reconstruites en pleine forêt,

Bien que les architectes aient décidé de travailler cette même matière, les habitacles qu’ils présentent offrent aux visiteurs deux réflexions complémentaires. Pour cette collaboration, Didier Fiuza Faustino a conçu un polyèdre aux arêtes en rondins intitulé “A home is not a hole. Fermée sur l’extérieur par des parois translucides, en équilibre sur l’un de ses côtés “ Cette cabane est écorchée, fragile et instable. Son équilibre est mis en péril − opération mineure qui la rend dès lors inhabitable. A home is not a hole devient autonome et, de force, sculpturale. C’est en ce point précis que l’enjeu de mon intervention à la Maison de la culture du Japon à Paris se précise par un rejet volontaire de l’acte d’usage de l’architecture qui ne constituerait plus un point de destination pour le corps, mais qui aurait sa destination propre : le paysage.” résume l’architecte franco-portugais.seront alors

En regard de cette installation sensible, intime, l’Atelier Bow-Wow fait la proposition En regard de cette installation sensible, intime, l’Atelier Bow-Wow fait la proposition généreuse d’une structure de la forme d’un toit destinée à être investie par le public – qui peut s’y abriter ou s’asseoir dessus –, et à devenir un lieu d’échange et de convivialité. “À la fois opaque et transparente, Chigi House rappelle autant la façade à claire-voie d’une maison urbaine traditionnelle japonaise, ou machiya, que les toits des premiers sanctuaires shintô.”

Le visiteur est invité à éprouver les deux architectures plongées dans une pénombre habitée d’un jeu d’ombre et de lumière, de son et de silence, créant une atmosphère poétique inspirée de L’Éloge de l’ombre, chef-d’oeuvre de l’écrivain Junichirô Tanizaki, ainsi que du concept d’« inquiétante étrangeté » énoncé par Sigmund Freud.

 

Si l’exposition invite à la déambulation poétique, elle permet de repenser les enjeux urbains actuels, les problèmes d’espace, mais aussi de questionner la relation entre les individus et leur intimité. “ Nous traversons une époque où la notion de « maison » évolue et se transforme et où la « mondialisation » a déconstruit nos façons de vivre et de travailler, c’est-à-dire les frontières établies entre maison et espace social. Dans une large mesure, la maison a ouvert ses portes pour devenir un espace en permanente évolution et reconstruction, un espace de dialogue social… tandis que les limites qui séparaient l’intérieur de l’extérieur, l’ordre établi de l’alternatif, le soi de l’autre, s’estompent et se réorganisent à toute vitesse...” précise Hou Hanru, commissaire de l’exposition et directeur artistique du National Museum of XXI Century Arts − MAXXI, Rome.

 

Photo : Graziella Antoninia.

La Maison magique

La Maison magique

La Maison magique


+ évènements - France - designer


accueil | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales