accueil | la revue | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales

Office et culture - stratégies et environnements tertiaires



LA boutique

Découvrez le dernier numéro d’Office et Culture, toute la collection et les articles. Souscrivez un abonnement en ligne, achetez un numéro ou un article de la seule revue, consacrée à l'aménagement des espaces de travail tertiaire.

architecture

aménagement

produits

évènements

la revue

archives

France

Palais de justice de Monthyon

28 avril 2015 A Marseille, le Palais de Justice Monthyon est un des bâtiments les plus emblématiques de la ville, en raison de son emplacement, de son architecture caractéristique du patrimoine de la Justice et de son statut institutionnel. Dans le cadre du programme de réhabilitation de ses bâtiments, l’Agence Publique pour l’Immobilier de la Justice (APIJ), maître d’ouvrage, a lancé un concours de conception et de réalisation. Tangram Architectes, GFC Construction (mandataire), Garcia Ingénierie et Sica se sont vus confier le projet de réhabilitation de cet édifice vieux de plus d’un siècle et demi. Après vingt-deux mois de travaux, le Palais de Justice est livré en mars 2015, représentant une surface totale de 7934m2. Il s’agissait là d’une opération d’ampleur inédite depuis sa construction.

monthyon


Le cahier des charges établi par l’Agence Publique pour l’Immobilier de la Justice (APIJ) demandait une mise aux normes générales du bâtiment en termes d’accessibilité, de sécurité et d’énergie. Le Palais de Justice était alors dans un état de délabrement avancé, du fait de son âge ainsi que de l’apparition d’un affaissement et de fissurations importantes liés aux travaux du parking souterrain sous la Place Monthyon. Dès le début du processus de conception, la nécessitée de restituer au bâtiment sa configuration d’origine et de la valoriser est apparue comme une évidence. Il s’agissait de révéler les qualités préexistantes de l’organisation spatiale – des espaces de bureaux avaient été ajoutes venant dénaturer les deux patios d’origine – et du traitement de la lumière naturelle.

Tangram Architectes a également pris en compte la symbolique attachée à la fonction d’un tel bâtiment, dont il a adouci la solennité en travaillant sur l’ouverture et la transparence, qualités attendues de la Justice. Le travail de conception a notamment porté sur les reliefs des façades intérieures et extérieures, qui pour ce faire, ont toutes bénéficié du même procédé : nettoyage, réparation et traitement. Construites en pierre de Cassis, de Fontvieille et d’Estaillades, les façades ont ainsi retrouvé leur éclat d’origine. Leur rénovation a consisté en un hydro gommage pour nettoyer et éclaircir les murs ainsi qu’ en une bio minéralisation. Les décors, boiseries et sculptures – sur lesquelles sont aussi intervenus des tailleurs de pierre – ont tous été restaurés. Le principe a été de mettre en valeur les pilastres des parties courantes Est et Ouest tout en baignant le péristyle d’une lumière englobante, légèrement plus froide, faisant ainsi ressortir les colonnes en contrejour. Le groupement de conception et réalisation a pris le parti d’installer tous les équipements techniques dans les combles.

A l’origine espaces de stockage des archives, les combles sont désormais dédiés aux équipements techniques. Enfin deux ascenseurs ont été installés au nord et au sud du bâtiment pour rendre accessible l’ensemble des patios à la fois au public et au personnel. L’un donne accès à la salle des pas perdus, niveau d’accueil de référence, le second permet d’accéder à tous les niveaux intérieurs. Tangram Architectes a choisi de mettre en valeur la lumière naturelle suivant les différentes ambiances adaptées à un Palais de Justice : une lumière directe pour l’accueil et les patios, une lumière filtrée pour les salles d’audience. Le programme imposait une amélioration importante de l’acoustique des salles.

Les traitements acoustiques ont été intégrés dans les éléments d’origine du bâtiment le plus sobrement possible. Ainsi, des zones d’absorption viennent s’insérer dans le calepinage du décor existant pour corriger l’acoutisque. De plus, des équipements de transmission audio et vidéo assurent une parfaite qualité de diffusion et d’écoute.

La réhabilitation du Palais Montyon est aussi un projet énergétiquement responsable. En effet, conformément à la demande initiale, le travail commun du groupement de conception et réalisation a permis un gain de 40% sur les consommations conventionnelles et la division par 5 de la quantité de CO2 dégagée tout en conservant les éléments architecturaux d’origine. De plus, un important désamiantage a été effectué lors des travaux préparatoires, en amont des travaux de réhabilitation. Au total, 59 tonnes d’amiante ont été évacuées et traitées.

Les multiples défis de cette réhabilitation ont donc été relevés, s’agissant en priorité, et dans la maîtrisedu budget,derespecterleslieux,deles adapter aux exigences de confort moderne et de fonctionnement de la justice, de redonner de la lumière et d’améliorer l’acoustique.

Fondée à Marseille, Tangram Architectes a grandi avec les évolutions du tissu urbain de la ville. Ainsi, l’agence a participé à de nombreux projets qui ont contribue ?a ?l’évolution du centre-ville : la réhabilitation de l’Hôtel-Dieu en hôtel 5* Intercontinental, la requalification du Vieux-Port, l’immeuble du 23 quai de Rive-Neuve, le grand mur en pierre du tunnel Prado Carénage, le Palais de Justice Monthyon et prochainement, l’Hôtel 4* Feuillants-Canebière. Chacune de ces interventions dialogue avec le site et devient le contexte de nouveaux projets.

Tangram Architectes

Photographies © Gabrielle Voinot 

 

palais

gug

chambre

salle pas perdus

escalier ouest

coupole large

coupole extérieur

fronton extérieur


+ France - rénovation - plafond


accueil | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales